You are here: Home » PS4 » Tests et critiques de jeux Playstation 4 ( PS4 Pro ) et Playstation VR ( PSVR ) » Test de Mount & Blade: Warband sur PS4

Test de Mount & Blade: Warband sur PS4

Mount & Blade: Warband est un jeu indé, issu de l’univers PC, qui semble avoir marqué de nombreux joueurs. Ne connaissant absolument pas cette licence, c’est avec un œil neuf, que je me lance dans cette aventure sur PS4.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les graphismes de Mount & Blade: Warband sur PS4 – 06/20

Premier constat qui saute aux yeux, c’est que ça pique la rétine ! M&B Warband est moche comme un poux , plus hideux qu’un troll mal formé ! On est fasse a une vieille 3D, avec des éléments mals modélisés et mals texturés, dignes de l’aire PS2, le tout upscalée en HD… On sent que le jeu a bénéficier d’un petit budget, tellement il est horrible. M&B parvient sans problème a se hisser sur la plus haute marche du podium des bouses visuelles de l’année 2016.

On pourrait penser que comme beaucoup d’autres jeux indés, M&B pourrait se rattraper par sa direction artistique ou son sens de la mise en scène… Que néni, la mise en scène est inexistante dans ce jeu. La DA est fade et sans personnalité. Les personnages ont d’ignobles têtes de bite et leur charisme, ne ferait pas frémir une huître…

Enfin, histoire d’achever a grand coup de hache ce petit jeu, l’animation des personnages en mode ballet dans le cul, frise souvent le ridicule.

Pour les rares points positifs, les rivières sont belles et l’eau est plutôt bien faite. Le jeu propose aussi une grande map  et une belle profondeur de champ.par ailleurs, M&B affiche un grand nombre de soldats à l’écran (une centaine). A noter aussi que les équipements et items du jeu bénéficient tous d’un design particulier.

Le gameplay de Mount & Blade: Warband sur PS4 – 19/20

Après un passage un peu chiant au camp d’entrainement, vous êtes catapulté dans une campagne solo longue, variée, difficile, rarement routinière et non linéaire. Tout commence par la création assez poussée de votre personnage. Vous avez pas mal d’options de personnalisation visuelles, même si le personnage au final semblera moche… Ensuite vient l’écriture de son histoire, une espèce de cadavre exquis, qui a partir de trames pré-écrites , vous permettent de  rédigez les moments clef de la vie de votre héro, ainsi que ses aspirations. Le tout conditionnera son arbre de compétence, où il vous faudra répartir de nombreux points entre ses facultés innées, ses compétences stratégiques et son habilité au combat.

Les combats, parlons en ! Durant votre partie, votre personnage à la tête d’une petite armée, pourra maîtriser de nombreuses armes de corps à corps, telles que : épées à deux main, hache, lance, épée, couteau, fourche… Ou des armes de jet comme : arbalète, arc, piques… Le tout à pied ou sur le dos de votre canasson… Dans les points positifs on notera la grande diversité d’armes et le fait qu’elles ait toutes un gameplay spécifique. Pour les points négatifs, je déplore le manque de précision des coups portés, difficile de savoir où le coup va partir, c’est assez frustrant, surtout pour les armes de jet. A cela s’ajoute des déplacements à cheval assez laborieux, avec des poneys, qui ont tendance à rester coincer contre les murs. Malgré tout les batailles restent très fun, que ça soit lors de tournois de joutes ou en bataille rangées, où vous aurez en plus la possibilité de donner des ordres à vos troupes. Cet élément donne immédiatement une dimension stratégique aux affrontements, tout en vous permettant de réaliser des exploits individuels.

Tout cet aspect du gameplay est conditionné par la notion de micro gestion de votre armée. En effet, vous devez recruter des volontaires dans les villages ou dans les tavernes. Tout ceci vous coutera de l’argent, il vous faudra aussi faire évoluer vos troupes en expérience pour améliorer leur compétences, qui sont aussi diverses que variées : infanterie, cavalerie, siège, ménestrel…

Il vous faudra aussi avoir sur vous des denrées alimentaires pour augmenter le moral des troupes et éviter les déserteurs. Pour obtenir de l’argent des vivres, deux options s’offrent à vous : Vous rapprocher du seigneur local et réalisez quelques quêtes rémunérées , ou vous lancer dans le grand banditisme en pillant les villages et les paysans. La première option, vous permettra d’avoir une meilleur réputation auprès de votre suzerain, la seconde est sans doute la voie la plus facile et la plus fun pour débuter, mais attention au retour de bâton lorsque le seigneur des terres viendra vous faire votre fête :-). Vous pourrez aussi, devenir seigneur a votre tour et collecter les taxes auprès des paysans locaux…

Le jeu mêle habilement les combats médiévaux, la stratégie, la tactique et la diplomatie avec brio, sans aucune lourdeur, ni répétitivité et le tout en temps réel ! Seul reproche, une interface qui pourrait sans doute être un poil plus simple à prendre en main.

Côté multijoueur, ayant joué au jeu avant sa sortie officielle, je ne me prononcerai pas sur ce dernier, les serveurs étant totalement vide lors des 3/4 sessions sur lesquelles j’ai voulu tenter l’expérience.

L’ambiance sonore de Mount & Blade : Warband – 12/20

Rien de particulier. Les bruitages sont nombreux, moulés à la louche, j’ai apprécié l’ambiance sonnore des tournois de joute, qui donne un petit côté stade de france ou Fifa sans les commentaires… Côté musicale pas grand chose, si ce n’est rien, nada, le vide… Des musiques médiévales auraient été les bienvenues, mais sur ce point, on peut se brosser Martine. A noter aussi que tous les dialogues sont écrits (en français), mais aucune voie ni doublage à l’horizon.

Avouez que c'est moche

Avouez que c’est moche

Durée de vie de Mount & Blade: Warband  – 17/20

Sans être infinie, la durée de vie est immense, car vous tomberez souvent de haut et il vous arrivera régulièrement de revenir en bas de l’échelle sociale, sans armée, et sans sous. La variété des situations et la taille de la map ont de quoi vous occuper sans problème une bonne trentaine d’heure. Si a cela on ajoute le fait d’essayer différentes voies, le mode multijoueurs… Je pense que le jeu tape facilement dans les 50h sans problème.

Ma conclusion sur Mount & Blade: Warband sur PS4 – 15/20

Moche un poux, techniquement foireux, Mount & Blade: Warband m’a beaucoup fait rire au début avec sa réalisation d’un autre temps… Et pourtant… Il serait dommage de s’arrêter là tant le gameplay est fun et d’une profondeur assez rare ! Après une petite heure à se faire violence, on finit par rentrer avec plaisir dans cet univers médiéval, d’une cohérence et d’une crédibilité rare. Je n’ai que deux choses a dire, j’ai adoré M&B Warband et je prie pour avoir le droit à un second volet avec une réalisation de jeu triple A.

 

Mount & Blade: Warband

Mount & Blade: Warband
7.25

Graphisme

4/10

    Gameplay

    10/10

      Ambiance sonore

      7/10

        Durée de vie

        9/10

          Les plus

          • Profondeur de jeu incroyable
          • Addictif
          • Variété de gameplay
          • Micro gestion
          • Tournois de joute
          • Les batailles à 200
          • Long
          • Non linéaire

          Les moins

          • Hideux
          • Pas de scénario
          • Narration inexistante
          • Pas de mise en scène
          • Préçision des frappes
          • Les cheveaux qui restent bloqués

          Plop ! Bienvenue sur le blog d'un gros troll, 300% gamer, 200% otaku, 100% Sony Fanboy. Trollons ensemble sur l'actu des JV ! Ma console préférée : Psone Mes jeux favoris : FF7, Chrono Trigger, Vagrant Story Mon manga adoré : Berserk Mon anime adulé : CowBoy Bebop Mon sport IRL Kung-Fu Wushu

          http://ps4vita.fr

          Laisser un commentaire

          Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *